Pierryl FERAL, ingénieur Agroalimentaire, responsable de production en Cote d’Ivoire

Après l’obtention de mon diplôme d’ingénieur ESIROI en 2011, j’ai été embauché à la SOPRODA, société de négoce d’équipements et d’intrants destinés à l’aviculture tropicale, en tant que technico-commercial zone Afrique de l’Ouest. J’étais en contrat VIE (Volontariat International en Entreprise) et basé à Abidjan en Côte d’Ivoire. Je devais développer l’activité sur la Côte d’Ivoire, le Sénégal, le Libéria, le Ghana et le Togo, ainsi que suivre l’évolution des projets existants sur ces pays. J’étais seul sur la zone, en totale autonomie. Cette expérience, bien qu’un peu éloignée de l’agroalimentaire, m’a permis de développer mes capacités relationnelles, tout en m’adaptant au terrain africain.

En octobre 2014, j’ai décidé de revenir à mon sujet de prédilection, l’agroalimentaire, et ai été embauché par Eurolait, société agroalimentaire ivoirienne, franchisée Yoplait et Candia. J’ai pris le poste de responsable de production jus de fruits et glaces, dans une usine tout juste acquise par Eurolait. C’est un marché en pleine expansion et les défis à relever sont importants. Au quotidien, mon travail consiste à manager 90 personnes et à organiser tous les aspects de la production (volumes, qualité, approvisionnement, gestion du personnel). Parallèlement, je dois améliorer les coûts de revient avec l’aide des fournisseurs (travail sur les recettes et les emballages), améliorer les rendements, mettre en place la maintenance, prévoir le déplacement de l’outil de production et son renouvellement complet à court terme, ainsi qu’une certification ISO9001. Ce poste me permet de toucher à tous les aspects de la production et de me former au management dans un contexte multiculturel.

La formation dispensée à l’ESIROI a été très complète, et nous a permis d’arriver sur le marché de l’emploi avec des connaissances solides. Les expériences obligatoires à l’étranger sont très utiles, que ce soit pour l’apprentissage de l’anglais, mais également sur un plan personnel. En effet, je crois beaucoup à l’intérêt d’une expérience professionnelle à l’étranger, pour l’ouverture d’esprit, et les idées nouvelles, pour mieux revenir en France par la suite. J’encourage vivement tous les diplômés à envisager cette aventure, car de nombreuses opportunités existent à l’étranger, et les ingénieurs français sont très demandés, surtout dans les pays en développement.