Aymeric DELMAS, ingénieur Bâtiment et énergie, doctorant

Je suis originaire de métropole où j’ai fait une CPGE (Classe Préparatoire aux Grandes Ecoles) à l’issue de laquelle j’ai passé le concours Polytech et choisi l’ESIROI pour mes études d’ingénieur. Je fais partie de la première promo des ingénieurs en bâtiment et énergie de l’ESIROI, cette spécialité ayant été créée en 2010.

J’ai eu l’opportunité d’aller en Nouvelle Zélande en semestre d’échange, à la School of Architecture de l’Université de Wellington. Puis, je suis resté là bas pour mon stage anglophone dans un bureau d’étude. Mon stage portait sur l’évaluation de la performance de bâtiments et de projets architecturaux. J’ai tellement apprécié ce pays que j’y suis retourné pour mon stage de fin d’études, dans le laboratoire de recherche « Centre for Building Performance Research » de l’Université de Wellington. Je travaillais sur l’évaluation de la performance énergétique du parc des bâtiments tertiaires de Nouvelle Zélande, dans le cadre du projet « BEES » (Building Energy End-use Study), en même temps qu’un poste de tuteur en simulation énergétique et acoustique à l’Université.

Revenu en France en novembre 2013, j’ai travaillé quelques mois dans le bureau d’étude « Franck Boutté » à Paris mais j’ai rapidement souhaité revenir à La Réunion et réorienter mon parcours professionnel vers la recherche. Je viens de signer une convention CIFRE (Convention Industrielle de Formation par la Recherche) avec le laboratoire PIMENT de l’Université de La Réunion, qui est un laboratoire associé à l’ESIROI, et le bureau d’étude réunionnais IMAGEEN. C’est un dispositif très intéressant car je suis embauché par l’entreprise, subventionnée par l’Etat, pour mener des travaux de recherche liés à la modélisation thermo-aéraulique à l’échelle du quartier. Je partage mon temps entre le bureau d’étude et le laboratoire. Mon sujet de thèse s’intitule « Du bâtiment au quartier à énergie zéro en climat tropical. Développement d’outils de conception pour une optimisation confort /morphologie/énergie » et si tout se passe bien, je soutiendrai mes travaux dans 3 ans. L’ESIROI m’a apporté beaucoup de choses, en particulier l’ouverture à l’international. Je suis heureux d’être revenu à La Réunion pour travailler sur la thématique intertropicale mais également pour le mode de vie et la culture créole !