Témoignages de diplômés

Emilie CLOTAGATIDE, ingénieur en Agroalimentaire, responsable hygiène et qualité chez Cap Méchant

J’ai été embauchée en novembre 2013 dans l’entreprise Cap Méchant, une société qui détient 10 restaurants sur l’île de la Réunion. Je suis responsable hygiène et qualité.

Après un bac S, j’ai intégré l’ESIROI en 1ère année de cycle préparatoire intégré. Durant mon cursus, j’ai particulièrement apprécié les 2 stages, en pays anglophone et en métropole. Les projets sont également très intéressants. La formation est bien adaptée à mon métier (dominante qualité) car nous avons bénéficié d'excellents cours dans ce domaine et de nombreux exercices.

Evidemment, pour la mise en pratique des cours, il faut un "terrain de jeu" et pour déployer une politique qualité, il faut aussi avoir des compétences managériales. Ces notions de management nous les abordons grâce aux cours de l’IAE. Puis j'ai pu développer ces qualités et les adapter à l'entreprise de fil en aiguille.

J’ai eu beaucoup de chance d’avoir ce poste à la sortie de l'Ecole, il faut savoir pousser les portes. Les enjeux sont importants, ce qui me permet de valoriser tout ce que j'ai pu acquérir en connaissances et compétences lors de ma formation à l'ESIROI et à AGROSUP.

Rudy GRONDIN, ingénieur en Informatique et télécommunications, conception et gestion de projets chez Ansamb

Apres un BTS IRIS (Informatique et Réseaux pour les Industries et Services) et une licence professionnelle Réseaux et Télécommunications, j’ai intégré l’ESIROI en cycle ingénieur. J’ai eu l’opportunité d’effectuer un stage de 2 mois en Australie puis un stage en dernière année à la Réunion, dans une société qui développe des projets dans la domotique et la gestion de l’éclairage.

J’ai eu 4 propositions d’emploi à l’issue de ma formation, deux à la Réunion et deux en métropole. J’ai choisi de rester à la Réunion et travailler chez Ansamb, une société réunionnaise crée en septembre 2013 qui développe un logiciel d’échange de données Places, destiné à offrir une alternative sûre et respectueuse de la vie privée au web d’aujourd’hui.

Je travaille sur l’architecture et le développement de la base logiciel. C’est un défi, nous sommes des aventuriers. Je suis épanoui dans ce que je fais.

Vincent BENARD, ingénieur en bâtiment et énergie, coordinateur travaux chez Total Réunion

Après le bac, je me suis inscrit en CPGE (Classe Préparatoire aux Grandes Ecoles) au Lycée Leconte Delisle à la Réunion, puis j’ai intégré l’ESIROI en 1ère année de cycle ingénieur.

Après mes 3 ans d’études au sein de l’ESIROI dans la spécialité bâtiment et énergie (dont une partie à Dublin et à Montréal grâce aux stages et semestre d’échange), j’ai eu l’opportunité d’intégrer Total Réunion dans le cadre du Young Graduate Program en tant que coordinateur travaux au sein de la direction d'exploitation. Mon métier consiste à représenter le Maître d'Ouvrage pour une partie des missions en investissement, rôle que je partage avec un collègue.

Je reste dans mon cœur de métier : la construction et l’énergie. Je participe ainsi à la mise en place de solutions de réduction des dépenses énergétiques suite aux audits établis sur nos différents sites. La mise aux normes des établissements recevant du public (comme les stations services) pour les personnes en situation de handicap est aussi un des domaines concernés. La rénovation des stations Total avec les nouvelles couleurs occupe une grande partie de mon agenda. Afin de mener à bien les autres missions qui m’ont été confiées, j’ai dû approfondir mes connaissances sur la réglementation et les conventions du domaine pétrolier. Nous avons été formés à nous adapter, donc cela me convient parfaitement et diversifie mon expérience.

Mes projets ? Devenir un jeune cadre de la société, pouvoir voyager grâce à mon travail et réussir une carrière au sein de la première entreprise de France.

Pierryl FERAL, ingénieur Agroalimentaire, responsable de production en Cote d’Ivoire

Après l’obtention de mon diplôme d’ingénieur ESIROI en 2011, j’ai été embauché à la SOPRODA, société de négoce d’équipements et d’intrants destinés à l’aviculture tropicale, en tant que technico-commercial zone Afrique de l’Ouest. J’étais en contrat VIE (Volontariat International en Entreprise) et basé à Abidjan en Côte d’Ivoire. Je devais développer l’activité sur la Côte d’Ivoire, le Sénégal, le Libéria, le Ghana et le Togo, ainsi que suivre l’évolution des projets existants sur ces pays. J’étais seul sur la zone, en totale autonomie. Cette expérience, bien qu’un peu éloignée de l’agroalimentaire, m’a permis de développer mes capacités relationnelles, tout en m’adaptant au terrain africain.

En octobre 2014, j’ai décidé de revenir à mon sujet de prédilection, l’agroalimentaire, et ai été embauché par Eurolait, société agroalimentaire ivoirienne, franchisée Yoplait et Candia. J’ai pris le poste de responsable de production jus de fruits et glaces, dans une usine tout juste acquise par Eurolait. C’est un marché en pleine expansion et les défis à relever sont importants. Au quotidien, mon travail consiste à manager 90 personnes et à organiser tous les aspects de la production (volumes, qualité, approvisionnement, gestion du personnel). Parallèlement, je dois améliorer les coûts de revient avec l’aide des fournisseurs (travail sur les recettes et les emballages), améliorer les rendements, mettre en place la maintenance, prévoir le déplacement de l’outil de production et son renouvellement complet à court terme, ainsi qu’une certification ISO9001. Ce poste me permet de toucher à tous les aspects de la production et de me former au management dans un contexte multiculturel.

La formation dispensée à l’ESIROI a été très complète, et nous a permis d’arriver sur le marché de l’emploi avec des connaissances solides. Les expériences obligatoires à l’étranger sont très utiles, que ce soit pour l’apprentissage de l’anglais, mais également sur un plan personnel. En effet, je crois beaucoup à l’intérêt d’une expérience professionnelle à l’étranger, pour l’ouverture d’esprit, et les idées nouvelles, pour mieux revenir en France par la suite. J’encourage vivement tous les diplômés à envisager cette aventure, car de nombreuses opportunités existent à l’étranger, et les ingénieurs français sont très demandés, surtout dans les pays en développement.

Julien BOYER, ingénieur en Informatique et télécommunications, chef de projets et chef d’entreprise

Après un bac S, j'ai intégré une CPGE MP (Classe Préparatoire aux Grandes Ecoles - Mathématiques Physique) au lycée Leconte de Lisle de Saint-Denis. Puis, je suis entré à l'ESIROI en spécialité Informatique et télécommunications sur concours.

Diplôme en poche en 2012, j'ai intégré un mois plus tard la société logiCells en tant qu'ingénieur développeur. Aujourd'hui, je suis passé chef de projets, en charge de mener à bien différents projets clients avec des équipes techniques, ainsi que le développement du framework interne de la société.

J’ai ouvert en parallèle ma société, Papang Production, avec deux autres associés. Nous développons des applications web et mobiles plus particulièrement dans le domaine du e-sport.

 

Au cours de ma formation à l’ESIROI, j'ai apprécié le fait qu'il n'y ait pas que de la technique autour de l'informatique mais également des matières telles que le droit des sociétés qui me sont fort utiles aujourd'hui.

Aymeric DELMAS, ingénieur Bâtiment et énergie, doctorant

Je suis originaire de métropole où j’ai fait une CPGE (Classe Préparatoire aux Grandes Ecoles) à l’issue de laquelle j’ai passé le concours Polytech et choisi l’ESIROI pour mes études d’ingénieur. Je fais partie de la première promo des ingénieurs en bâtiment et énergie de l’ESIROI, cette spécialité ayant été créée en 2010.

J’ai eu l’opportunité d’aller en Nouvelle Zélande en semestre d’échange, à la School of Architecture de l’Université de Wellington. Puis, je suis resté là bas pour mon stage anglophone dans un bureau d’étude. Mon stage portait sur l’évaluation de la performance de bâtiments et de projets architecturaux. J’ai tellement apprécié ce pays que j’y suis retourné pour mon stage de fin d’études, dans le laboratoire de recherche « Centre for Building Performance Research » de l’Université de Wellington. Je travaillais sur l’évaluation de la performance énergétique du parc des bâtiments tertiaires de Nouvelle Zélande, dans le cadre du projet « BEES » (Building Energy End-use Study), en même temps qu’un poste de tuteur en simulation énergétique et acoustique à l’Université.

Revenu en France en novembre 2013, j’ai travaillé quelques mois dans le bureau d’étude « Franck Boutté » à Paris mais j’ai rapidement souhaité revenir à La Réunion et réorienter mon parcours professionnel vers la recherche. Je viens de signer une convention CIFRE (Convention Industrielle de Formation par la Recherche) avec le laboratoire PIMENT de l’Université de La Réunion, qui est un laboratoire associé à l’ESIROI, et le bureau d’étude réunionnais IMAGEEN. C’est un dispositif très intéressant car je suis embauché par l’entreprise, subventionnée par l’Etat, pour mener des travaux de recherche liés à la modélisation thermo-aéraulique à l’échelle du quartier. Je partage mon temps entre le bureau d’étude et le laboratoire. Mon sujet de thèse s’intitule « Du bâtiment au quartier à énergie zéro en climat tropical. Développement d’outils de conception pour une optimisation confort /morphologie/énergie » et si tout se passe bien, je soutiendrai mes travaux dans 3 ans. L’ESIROI m’a apporté beaucoup de choses, en particulier l’ouverture à l’international. Je suis heureux d’être revenu à La Réunion pour travailler sur la thématique intertropicale mais également pour le mode de vie et la culture créole !