Jean-Aimé Maxa, diplômé de la spécialité Informatique et télécommunications - promotion 2013, est premier auteur de Model-driven Development for Embedded Software: Application to Communications for Drone Swarm (ISBN-13: 978-1785482632). Cet ouvrage, disponible ce lundi 2 avril 2018, traite du développement de logiciel embarqué pour le pilotage d’essaim de drones. L’ouvrage est très pointu au niveau conceptuel et technologique, publié en anglais par ISTE Press - Elsevier et co-écrit avec des chercheurs de l’ENAC (École Nationale de l’Aviation Civile).

Le parcours de Jean-Aimé Maxa

Jean-Aimé Maxa a obtenu son diplôme d’ingénieur à l’ESIROI, spécialité Informatique et télécommunications en 2013, en plus d’un Master en mathématiques et informatique à l’Université de La Réunion. Par la suite, Jean-Aimé a poursuivi ses études à l’Université Paul Sabatier -  Toulouse III. En 2017, il devient docteur en Informatique & Système embarqué, Réseau et Cybersécurité. En parallèle, il a été chercheur doctorant pour l’ENAC et ingénieur R&D en Réseau et Cybersécurité chez Delair Aerial Intelligence. Jean-Aimé Maxa est aujourd’hui enseignant en cybersécurité à l’Université Paul Sabatier – Toulouse III.

Résumé en français de Model-driven Development for Embedded Software: Application to Communications for Drone Swarm.

L’ESIROI, une École d’ingénieurs qui forme des scientifiques d’excellence au niveau national 

Jean-Aimé Maxa, à travers la publication de son travail, est le symbole de la réussite de toute une École à travers la qualité de ses enseignements, de ses formations, et bien sûr de ses élèves-ingénieurs. Car il faut savoir que Jean-Aimé n’est pas un cas isolé. En octobre 2017, Tahina Ralitera, diplômée de la spécialité Informatique et télécommunications – promotion 2015, devenait lauréate d’une bourse extrêmement prisée : la Bourse L’Oréal-UNESCO pour les Femmes et la Science. Son sujet de thèse sur les véhicules électriques et l’île intelligente a retenu l'attention du jury qui lui a offert une bourse de 15 000 € afin d'accompagner la suite de sa carrière. Nous pouvons aussi parler de Virginie Grosdemouge, diplômée de la spécialité Bâtiment et énergie – promotion 2013, qui a remporté en avril 2017 la finale régionale du concours Ma thèse en 180 secondes. Son sujet : Évaluation et retour d’expérience d’un éco-quartier en milieu tropical. Virginie a par la suite représentée l’Université de La Réunion à Paris pour la finale nationale.

L’ESIROI se félicite du succès de ces ingénieurs devenus chercheurs. Nous attendons avec impatience de nouveaux succès à l’exemple de l’édition régionale 2018 de Ma thèse en 180 seconde qui accueille deux anciens de notre École : Tahina Ralitera (qui tentera de remporter un second prix après la Bourse L’Oréal-UNESCO pour les Femmes et la Science) et Réhan Noordally, diplômé de la spécialité Informatique et télécommunications – promotion 2013 sur l’Étude du trafic internet.